RÉFLÉCHIR 
9 mai 2022

Annoncer la Bonne nouvelle nécessite du dialogue

Internet, réseaux sociaux, téléphones portables… L’informatique a envahi la société et nos vies. Cependant, comme les fractures sociale et sanitaire, la fracture numérique est une cause de précarité pour de nombreuses personnes qui ne peuvent communiquer et s’enfoncent dans la solitude. Or, l’être humain est fait pour communiquer : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul » (Genèse 2, 18). de l’Église, des chrétiens. Et chaque année, au cœur du temps liturgique, la fête de Pâques est le grand rappel de ce fondement du christianisme : la résurrection !

© SSVP

Parler, s’entretenir, annoncer la Parole de Dieu est d’une grande importance pour saint Vincent de Paul qui est l’écho des paroles de saint Paul : « Malheur à moi, si je n’annonçais pas l’Évangile. C’est une nécessité qui s’impose à moi. » (1 Corinthiens 9, 16)
Pour Vincent, le mystère de la Sainte Trinité (que nous fêtons à la Pentecôte) est le modèle de la communication. Saint Vincent a voulu la Sainte Trinité comme « patron » de la Congrégation de la Mission, parce que le Dieu Trinitaire est un Dieu de relation entre le Père, le Fils et l’Esprit Saint qui communiquent entre eux, et cela les unit. Pour Vincent, le chrétien est appelé lui aussi à communiquer pour favoriser le vivre-ensemble entre frères en humanité. La Sainte Trinité est le modèle parfait de « relations. » Nous sommes, donc, appelés à être des acteurs de la communication.

« Allez dans le monde entier » (Marc 16, 15)

Au moment de quitter physiquement notre terre, le jour de l’Ascension, en envoyant ses disciples en mission, le Christ les a invités au dialogue avec leurs frères en humanité. Mais il a également fait preuve 

d’un « amour inventif ». Si le Christ était resté sur la terre, il aurait été physiquement présent en un seul lieu de cette terre, mais en créant l’Eucharistie, il se rend présent partout. En communiant, nous recevons le Christ en nous, il vient demeurer chez nous et il est alors notre force pour nous faire témoin et porteur de sa Parole et de son message. Il nous envoie vers les personnes seules, isolées, victimes des fractures sociale et numérique. À nous de les sortir de la solitude et, pourquoi pas, de les initier à l’informatique.

Docilité à l’Esprit Saint

La Règle de la Société de Saint-Vincent-de-Paul nous invite à comprendre que l’esprit vincentien est une manière originale, ingénieuse, concrète et pratique de participer à l’Esprit et à la vie de Dieu. Comme nous le dit l’Apôtre Jean : « N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1 Jean 3, 18)
Baptisés et confirmés, nous sommes sous la mouvance de l’Esprit Saint qui nous fait agir en fils et filles de Dieu.
L’esprit vincentien comporte une vision du monde et de l’Église en ce monde. Il n’est d’esprit vincentien que s’il est esprit de vie, c’est à dire Esprit de Dieu. C’est pour cela que Monsieur Vincent donne à ses disciples une seule règle : la divine  

personne du Christ-Jésus. Il est nécessaire de prier chaque jour l’Esprit Saint, qu’il guide notre journée. Cet Esprit c’est Dieu « qui travaille sans cesse en nous et qui soutient notre évolution ».

Combattre la fracture sociale

Nous le savons : une foi qui n’agit pas n’est pas une foi sincère. Ne réduisons pas l’esprit vincentien à une compassion sentimentale. Il faut savoir s’émouvoir. Mais la pitié n’est pas encore l’amour. La compassion empêche la sclérose du cœur. L’amour affectif doit se prolonger et mûrir en amour effectif.
Cet amour effectif doit se manifester par notre communication dans la rencontre avec les personnes que nous visitons chez elles ou en maison de retraite.
Oui, l’informatique est utile. Mais gardons l’équilibre. Il faut quitter son ordinateur pour une visite effective qui permet aux personnes de dialoguer. Annoncer la Bonne nouvelle sur les ondes et grâce à elles. Mais les Vincentiens ne sont pas faits pour vivre dans le virtuel. Ils veulent vivre la rencontre du chemin d’Emmaüs. Il y a tant de cœur à réchauffer !

Jean-Claude Peteytas,
diacre vincentien
 
Parler, s’entretenir, annoncer la Parole de Dieu est d’une grande importance pour saint Vincent de Paul qui est l’écho des paroles de saint Paul : « Malheur à moi, si je n’annonçais pas l’Évangile. C’est une nécessité qui s’impose à moi. » (1 Corinthiens 9, 16)
Pour Vincent, le mystère de la Sainte Trinité (que nous fêtons à la Pentecôte) est le modèle de la communication. Saint Vincent a voulu la Sainte Trinité comme « patron » de la Congrégation de la Mission, parce que le Dieu Trinitaire est un Dieu de relation entre le Père, le Fils et l’Esprit Saint qui communiquent entre eux, et cela les unit. Pour Vincent, le chrétien est appelé lui aussi à communiquer pour favoriser le vivre-ensemble entre frères en humanité. La Sainte Trinité est le modèle parfait de « relations. » Nous sommes, donc, appelés à être des acteurs de la communication.

« Allez dans le monde entier » (Marc 16, 15)

Au moment de quitter physiquement notre terre, le jour de l’Ascension, en envoyant ses disciples en mission, le Christ les a invités au dialogue avec leurs frères en humanité. Mais il a également fait preuve d’un « amour inventif ». Si le Christ était resté sur la terre, il aurait été physiquement présent en un seul lieu de cette terre, mais en créant l’Eucharistie, il se rend présent partout. En communiant, nous recevons le Christ en nous, il vient demeurer chez nous et il est alors notre force pour nous faire témoin et porteur de sa Parole et de son message. Il nous envoie vers les personnes seules, isolées, victimes des fractures sociale et numérique. À nous de les sortir de la solitude et, pourquoi pas, de les initier à l’informatique.

Docilité à l’Esprit Saint

La Règle de la Société de Saint-Vincent-de-Paul nous invite à comprendre que l’esprit vincentien est une manière originale, ingénieuse, concrète et pratique de participer à l’Esprit et à la vie de Dieu. Comme nous le dit l’Apôtre Jean : « N’aimons pas en paroles ni par des discours, mais par des actes et en vérité. » (1 Jean 3, 18)
Baptisés et confirmés, nous sommes sous la mouvance de l’Esprit Saint qui nous fait agir en fils et filles de Dieu.
L’esprit vincentien comporte une vision du monde et de l’Église en ce monde. Il n’est d’esprit vincentien que s’il est esprit de vie, c’est à dire Esprit de Dieu. C’est pour cela que Monsieur Vincent donne à ses disciples une seule règle : la divine personne du Christ-Jésus. Il est nécessaire de prier chaque jour l’Esprit Saint, qu’il guide notre journée. Cet Esprit c’est Dieu « qui travaille sans cesse en nous et qui soutient notre évolution ».

Combattre la fracture sociale

Nous le savons : une foi qui n’agit pas n’est pas une foi sincère. Ne réduisons pas l’esprit vincentien à une compassion sentimentale. Il faut savoir s’émouvoir. Mais la pitié n’est pas encore l’amour. La compassion empêche la sclérose du cœur. L’amour affectif doit se prolonger et mûrir en amour effectif.
Cet amour effectif doit se manifester par notre communication dans la rencontre avec les personnes que nous visitons chez elles ou en maison de retraite.
Oui, l’informatique est utile. Mais gardons l’équilibre. Il faut quitter son ordinateur pour une visite effective qui permet aux personnes de dialoguer. Annoncer la Bonne nouvelle sur les ondes et grâce à elles. Mais les Vincentiens ne sont pas faits pour vivre dans le virtuel. Ils veulent vivre la rencontre du chemin d’Emmaüs. Il y a tant de cœur à réchauffer !

 

Jean-Claude Peteytas, diacre vincentien 

Précédent

Share This