« La seule aide que je peux apporter reste la prière  »  

Jean-Pierre, bénévole de la Conférence Saint-Léger, visite Michel, 91 ans, ancien bénévole de la Conférence, et son épouse, Hélène, tous les deux résidents d’un EHPAD à Lens. Depuis plusieurs années, ils vivent une véritable fraternité vincentienne.

L’INVITÉE

3 décembre 2021

Michel et son épouse Hélène vivent sereinement au sein de l’EHPAD Désiré-Delattre où ils ont pris leurs repères depuis plusieurs mois. « Nos états de santé nous ont contraints à être placés dans cet établissement » explique Michel. « Nous sommes satisfaits des conditions matérielles dans lesquelles nous vivons. Nous n’aurions pas eu ce confort de soins à notre domicile. Nos relations avec la famille et l’extérieur sont limitées : soit par éloignement des enfants qui n’habitent pas la région, soit par l’immobilité due à notre état. Les visites de Jean-Pierre nous apportent une joie et un réconfort brisant notre solitude. Jean-Pierre nous visite fréquemment, deux fois, trois fois, voire plus par semaine. En sa présence nous vivons un temps de partage, d’amitié et d’échange. Ces relations sont fraternelles. Il reste également en contact avec mes enfants qui sont éloignés géographiquement. »

Nous devons aussi accepter de vivre une période d’abandon.
Crédit photo : © SSVP

Une profonde amitié

L’amitié entre Michel et Jean-Pierre ne date pas d’hier. « J’ai rencontré Michel en 1984, lors de mon entrée dans la Conférence » raconte Jean-Pierre. « Mon épouse avait rencontré Hélène [épouse de Michel] en tant que catéchistes toutes deux. Je me suis proposé de les aider lorsqu’ils étaient encore au domicile, durant trois ans. Puis, j’ai continué de les accompagner depuis le mois d’avril de cette année où ils ont été placés dans l’EHPAD. Je leur rends visite tous les deux ou trois jours, subvenant à leurs besoins que l’EHPAD ne peut assumer. Parfois, au bout de trois jours sans visite, Michel me dit : « Il y a longtemps que tu n’es pas venu ! » Lorsque je visite Michel et Hélène, j’en profite pour saluer un ancien prêtre de la paroisse, dont la chambre est mitoyenne de celle de Michel. Ce prêtre célébrait la messe dans l’une des églises de la paroisse. »
Jean-Pierre qualifie sa relation avec Michel de « relation non seulement amicale, mais plutôt fraternelle ». Une fraternité vincentienne puisque Michel et Jean-Pierre ont été bénévoles dans la même Conférence. « Combien de fois » raconte Jean-Pierre « Michel me dit : « Ha ! Si tu n’étais pas là ! » Ce à quoi je réponds : « Michel, aimer partager et servir, c’est ce que je m’efforce de faire en appliquant la Règle que nous a légué notre fondateur ». »
C’est pour cela, explique Michel, que « Jean-Pierre est immédiatement venu en aide suite à nos manques d’autonomie. Bien au-delà de cette date, nos relations furent toujours amicales. Hormis les réunions et actions communes, nous nous rencontrions dans la chapelle du Saint Sacrement pour prier. »

Une vie pleine de ressources

Avant son départ à la retraite, à l’âge de 65 ans, en 1995, Michel a été directeur de l’Union Régionale des sociétés de secours miniers du nord de la France. Entré au sein de la SSVP en 1980, il a exercé les fonctions de président de Conférence, puis de président départemental pendant dix ans. Il a ensuite été vice-président départemental, administrateur au sein du conseil national et trésorier de la Conférence Saint-Léger de Lens.
Après une vie active, remplie de missions et de responsabilités au service des personnes démunies, c’est Michel qui accueille maintenant l’accompagnement généreux de son confrère vincentien. Lorsque Jean-Pierre lui demande s’il n’est pas plus facile de donner (du temps, des choses en tant que bénévole), que de recevoir (en tant que personne aidée), Michel répond avec philosophie : « Donner et recevoir sont des gestes naturels que tout chrétien doit accomplir au cours de sa vie, mais nous devons aussi accepter de vivre une période d’abandon. Nous avons quitté notre maison où tous les souvenirs de notre vie sont restés. C’est dur. La seule aide que je peux apporter reste la prière en union avec nos confrères de la Conférence de Lens. »
Les aspirations de Michel sont simples désormais : « Par manque de prêtres, il n’y avait plus de messe dans l’établissement. Notre souhait sera réalisé, une messe sera dite une fois par mois, suite à la nomination d’un second prêtre dans la paroisse. Mais à quoi peut-on rêver à notre âge ? D’un monde meilleur, de plus d’amour et de paix ? »

Anne-Marie Tossou, rédactrice en chef
Crédit photo : © SSVP

Tous soudés

« L’équipe de la Conférence Saint-Léger de Lens est composée de 13 Vincentiens et de 4 compagnons d’Ozanam. Nous avons la chance d’avoir un diacre dans l’équipe. Cela nous aide énormément pour la méditation spirituelle. Nous nous rencontrons au local tous les mardis. Nous apprécions ces moments de partage et d’amitiés. Nos réunions bimensuelles ont lieu dans une salle paroissiale pour montrer notre attachement à notre sainte église. En 2020, nous avons accueilli 1 500 personnes et distribué 1 440 paniers repas. » Jean-Pierre

Précédent

Share This