AU CŒUR DE L’ACTION • INITIATIVE
15 Novembre 2019

Signature de la convention entre la ville, la Banque alimentaire et la Conférence SSVP de Bourg-de-Péage

Fonds de partage mobilité travail

Une aide pour l'autonomie

Le Fonds de Partage Guérande Presqu’île (FPGP) Mobilité Travail a été mis en place fin 2018. L’objectif de cette aide, pour s’équiper d’un véhicule, est l’accès au travail éloigné du domicile pour le maintien ou le retour à l’autonomie financière des bénéficiaires. Fabrice Guillet, bénévole de la Conférence de la Baule (44), nous présente cette aide.

Comment est née l’initiative ?

L’initiative est venue d’une discussion avec Marc Deflassieux, trésorier du Secours catholique de Guérande. La Conférence de la Baule intervient sur l’ensemble de la communauté de communes Cap Atlantique (15 communes), une région très touristique, mais où les transports en commun ne sont pas du tout adaptés. Il y a donc un grand manque de main-d’œuvre dans tous les secteurs d’activité de notre Presqu’île de Guérande et du bassin nazairien.
Plus on est près de la côte, plus les loyers sont importants. Les classes pauvres de notre secteur sont obligées de résider vers l’intérieur des terres, donc loin du travail… C’est ce dont témoigne Eva : « Mon mari travaille tous les jours au chantier de Saint-Nazaire dès 6 h. Notre famille habite Mesquer [à 30 km]. C’est avec une voiture prêtée que nous avons survécu quand la nôtre était hors d’usage. La voiture est indispensable pour le service familial. J’assure les trajets de mon mari et des enfants deux fois par jour. C’est exténuée, que j’ai demandé de l’aide par l’intermédiaire du Secours catholique. Grâce au Fonds de partage, nous avons pu rapidement retrouver une vie normale, apaisée et sans stress. Mon mari a signé un CDI en juin. »

En quoi consiste votre initiative ?

Financer en totalité ou en partie les véhicules d’occasion nécessaires au travail ou à la recherche active de travail. Le principe est étendu aux réparations de véhicules qui sont révisés par un garage et garantis trois mois.
Si cela est possible, le bénéficiaire est sollicité pour participer au financement par apport personnel ou par prêt à taux zéro.

Quelles sont vos ressources pour la mettre en œuvre ?

Le Secours catholique est un partenaire essentiel par sa connaissance approfondie des bénéficiaires, grâce à sa fonction « accompagnement secours ». D’autres partenariats sont recherchés activement pour développer les initiatives, les énergies, les connaissances du terrain, les approches des bénéficiaires potentiels.
Nous prévoyons de faire deux campagnes d’appel à dons par an. Cela implique aussi les dons en nature (véhicules d’occasion révisés).

Avez-vous des projets pour développer cette aide ?

Un tableau de bord permet de suivre et de mesurer les fonds ou dons en nature attribués à chaque foyer à travers différents indicateurs. On pourrait ensuite élargir progressivement la zone géographique des bénéficiaires.

Propos recueillis par Anne-Marie Tossou, rédactrice en chef

Précédent

Prochain

Share This